L’Union internationale pour la conservation de la nature, l’Office français de la biodiversité et le Muséum national d’histoire naturelle font le bilan de la liste rouge qui établit le « degré de menace pesant sur les espèces de la faune et de la flore. »

8 à 12% des espèces de plantes et des espèces d’insectes risquent de disparaître, autour de 20% pour les amphibiens ou les poissons d’eau douce et jusqu’à 30% d’oiseaux sont menacés. Parmi les espèces en danger, il y a des animaux emblématiques comme le lynx, des poissons comme l’esturgeon européen, des grands oiseaux comme le gypaète barbu. Ce sont également beaucoup de petites espèces, des plantes comme la violette de Rouen ou des insectes comme les papillons azurés. 

Quand certains animaux ont complètement disparu, il est trop tard… Mais tant qu’il reste suffisamment d’animaux ou de plantes, on peut résorber des situations, même dramatiques. Il n’y a qu’à penser à la loutre qui a repeuplé les habitats naturels d’où elle avait été chassée et parce que les rivières n’étaient plus saines. Aujourd’hui, on dit d’elle est « en reconquête de territoire. »

Quels sont les facteurs de cette menace : l’urbanisation, la construction de zones commerciales ou de routes qui rognent sur les habitats naturels, aussi l’uniformisation des cultures avec l’intensification des pratiques agricoles. À cela, il faut ajouter les pollutions chimiques ou pollutions plastiques et la nouvelle menace du changement climatique.

Heureusement, les citoyens réclament une façon d’agir différente sur la Nature, demandent qu’on continue à produire et à consommer, mais sans la détruire. À tout problème, il y a une solution…

Source : https://www.francetvinfo.fr/monde/environnement/biodiversite/tous-les-groupes-d-especes-en-france-sont-frappes-par-la-crise-d-erosion-de-la-biodiversite-alerte-lunion-internationale-pour-la-conservation-de-la-nature_4318273.html?fbclid=IwAR3p50bw0CBdDQ4SF1nx8UOtA8UBSCShM8_pF-mN136q5tOeWTegJgFjuew#xtor=CS2-765-–