Pour les adultes, on parle de « fatigue pandémique. » Anxiété, insomnies, difficultés à se concentrer, à organiser sa vie, à se projeter… Pour résumer, parce que cette crise sanitaire s’éternise et que les mesures restrictives qui en découlent nous pèsent.

Le constat est : peu de vie sociale, pas de vie culturelle, sportive ; les incertitudes économiques, les projets mis de côté et une organisation qui s’avère compliquée pour beaucoup de personnes. Tout le monde peut souffrir de cette « pathologie », particulièrement les jeunes car ils vivent comme une frustration cette restriction des libertés. C’est également, explique Abdel Boudoukha (professeur en psychologie clinique et pathologique à l’université de Nantes), une population qui n’est pas encore insérée dans le monde professionnel et ne connaît donc pas les routines auxquelles se raccrocher. Parfois, ils se retrouvent isolés, tout comme certaines personnes âgées, également touchées car privées de leurs familles et d’un certain soutien social. 

Cette crise sanitaire permettrait-elle de nous interroger sur nous, nos relations aux autres, nos résiliences, nos forces ? Possible, mais il faut pour cela, déjà prendre soin de soi, également s’offrir des moments de plaisir, quels qu’ils soient : balade, lecture, musique, etc. Pour certains, avoir rendez-vous par vidéo interposée avec la famille, les amis, une façon de garder le contact.

Pour les enfants, les professionnels de l’enfance constatent les dégâts de la crise sanitaire sur leur attention, leur concentration, la gestion de leurs émotions ou encore l’apprentissage. Ils sont privés de sport, d’activités, de sorties qui leur permettent habituellement de se défouler.

C’est d’autant plus confus pour eux parce qu’ils peuvent entendre des contradictions dans ce qui se dit sur l’épidémie à la maison et à l’école. Le confinement a fait exploser le temps d’écran pour de nombreux enfants, ce qui n’est évidemment pas bon pour leur santé, mais on peut comprendre les parents : comment refuser quand peu d’alternatives se présentent ?

La crise sanitaire est difficile pour les adultes, jeunes ou vieux, mais comment les enfants la vivent-ils vraiment, surtout s’ils ne s’expriment pas sur le sujet ? Pensez-y.

Sources franceinfo : https://www.francetvinfo.fr/sante/maladie/coronavirus/confinement/fatigue-pandemique-qu-est-ce-que-ce-syndrome-apparu-avec-le-covid-19-et-comment-l-eviter_4280895.html?utm_medium=Social&utm_source=Facebook&Echobox=1612529369&fbclid=IwAR2yJ-QTr3QJHe0twzlBaUC83OtqDG-c4_QxlAL5qlOE2ITB-TN78FPZrxI#xtor=CS1-746 https://www.francetvinfo.fr/sante/maladie/coronavirus/covid-19-moins-concentres-plus-bagarreurs-et-soucieux-les-enfants-sont-eux-aussi-bouleverses-par-la-pandemie_4282247.html