Comment la France a sacrifié sa principale usine de masques


La France manque cruellement de masques face à l’épidémie de coronavirus. Une entreprise familiale française, l’usine de Plaintel installée en Bretagne, qui pouvait en fabriquer jusqu’à 200 millions par an, avait fermée en septembre 2018…

En 2010, le géant américain Honeywell avait racheté le groupe Sperian. Mais à l’été 2018, les 38 derniers salariés de l’entreprise furent finalement licenciés pour des motifs « économiques ». Puis, la production de masques avait été délocalisée sur un site déjà existant à Nabeul, en Tunisie.

Pourtant, à l’été 2018, les élus du personnel, à la demande des salariés, tentent d’interpeller par mail le président de la République. Ils expliquent au chef de l’État que l’usine est « une entreprise d’utilité publique » dont l’actionnaire américain a tout fait pour la rendre « largement déficitaire » tout en « absorbant massivement les deniers publics. »

 

 

Lire l’intégralité de l’article franceinfo, très explicite : Coronavirus : une usine de masques sacrifiée

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.