Les cheminots, ayant cessé leur travail en faisant valoir leur droit de retrait, ont reçu hier matin un e-mail leur ordonnant de reprendre le travail sous peine de « poursuites disciplinaires. »

Dans cette lettre, la direction écrit qu’« un éventuel refus » expose également les salariés « à des retenues sur salaire. »

La direction indique que « les critères exigés par la loi et la jurisprudence en matière de droit de retrait d’une situation de travail ne sont pas réunis. »

 

 

 

Lire l’intégralité de l’article franceinfo : SNCF droit de retrait contesté