La moitié des machines de prélèvement de plasma Haemonetics sont interdites en France depuis septembre 2018, par l’ANSM (Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé), en raison de leur toxicité potentielle pour les donneurs. Les problèmes posés par cette société étaient pourtant connus depuis longtemps, mais elle semble avoir bénéficié d’une certaine indulgence.

Cette décision est intervenue presque trois ans après l’envoi d’une première alerte par deux anciens cadres de la société.

 

 

Lire l’intégralité de l’article franceinfo : dérives – don de plasma