Le cabillaud : à l’eau, et aux hormones


Les cabillauds norvégiens qui finissent dans votre assiette ont-ils fait un petit tour parla Chine ?

Comme le rapporte France 5 dans un documentaire, une grande partie des cabillauds pêchés en Norvège sont envoyés en Chine pour y être débités en filets ou dos. Ils font ainsi 15.000 kilomètres aller-retour pour réaliser des économies sur la main-d’œuvre avant de se retrouver dans nos assiettes.

Dans ce documentaire, France 5, qui s’est rendu au salon seafood de Bruxelles, indique que les poissons sont gonflés à l’eau et d’additifs chimiques.

L’objectif ? Les rendre plus gros, plus lourds, mais aussi plus blanc, pour les vendre plus cher. Comment ? Les filets défilent sur des tapis roulants et sont percés à l’aide de grosses aiguilles.

Elles injectent ainsi de l’eau au cœur de la chair comme France Inter l’explique dans cette vidéo:

#cabillaud #onmangequoi

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.